U14 - Chanterons-nous sous la pluie ?

10.05.2017

U14 - Retour le troisième acte de ce championnat suisse U14: Théâtre de Fribourg.

 

 

 

Pour ce troisième épisode, les 15 acteurs de Plan-les-Ouates sont dirigés, pour une grande première, par James (formé comme Richard Burton près de Rhondda) et par Brice. Sur scène contre nos meilleurs enne(a)mis de Morges. Mais aussi Berne et Seeland. Direction artistique Greg et Lorenz. Conseiller technique Phillipe L. Toutes les représentations se sont jouées sous une pluie battante, froide et humide comme d’habitude à Fribourg. Actes III Scène I. L’ours Bernois. Les trente acteurs de cette scène se sont livrés à une partition complète (15 contre 15) et en mêlées, où toutes furent interprétées à huit. On remarque que tous les acteurs ont bien travaillé et le résultat en est que plus plaisant à regarder. Sur ce qui est du jeu de nos Chevaliers. Après un début un peu cafouilleux, un recadrage sur la manière d’interpréter sous une pluie battante le rugby s’avéra nécessaire. Plus de jeu pénétrant après quelques passes sur nos acteurs à forts gabarits. Ainsi, en s’appliquant sur ses retouches et conseils, les Genevois développèrent un jeu plus simple, plus juste plus direct et bien plus efficace. Sans recevoir une standing ovation de la foule et des coachs, les U14 ont joué une fort belle deuxième partie de cette scène Bernoise. Les répétions commencent à porter leurs fruits. La plupart des acteurs genevois prennent réellement confiance. Certains tirent leur épingle du jeu avec brio, tandis que d’autres, plus endormis par les conditions météos, ne sont pas mis à leur niveau. Actes III Scène II. A mes meilleurs ennemis. Contre Morges, la troupe des Chevaliers semblait donc prête après le match contre Berne : Faire simple, sobre donc efficace. Mais les Vaudois furent redoutables et rentrèrent plus vite dans le sujet inscrivant trois essais, sur des lacunes défensives. Commençant à réciter son rugby les genevois eurent trois réelles et immenses chances de marquer enfin contre Morges, mais par trois fois (dans l’en-but ou à un mètre de la ligne) une petite faute de jeu, permettait à nos opposants de stopper les assauts jaunes et bleus voire pire encore, de scorer sur une relance de 100 mètres. Abattus les chevaliers jouèrent alors une battle d’impro. N’écoutant plus leurs coachs qui souhaitaient adapter la manière de jouer aux conditions climatiques, les U14 firent ce qu’ils travaillent à l’entrainement sur terrain sec, envoyer tout au large par du jeu de passes. Pas le plus facile, pas le plus adapté. Un peu comme si Arnold Schwarzenegger jouait dans le remake de Out of Africa. Plus de « pressure » tout de même et finalement Alfred enfin marque... Une deuxième partie de scène qui se solde par un 1 partout. Du retard à l’allumage et le score final est de 5 à 1. C’est même trop injuste. Que de progrès pour les acteurs genevois (sauf pour les chevaliers frigorifiés du jour) et vaudois depuis le début de Championnat suisse U14. Ce n’est plus ce rugby de soliste (je cours, je traverse, je marque) comme début avril. Des conquêtes en mêlée nettes et engagées, des lignes défensives et offensives qui s’organisent, se choquent et s’affrontent, des temps de jeu qui se multiplient et la troupe des Chevaliers qui prend du plaisir à appliquer le travail collectif fait à l’entrainement.

Please reload