Face à face des coachs

19.10.2016

Le match de ce week-end entre GenèvePLO et Nyon attire les regards. Nous vous proposeront toute la semaine des "face à face". Hier c'était au tour les président, aujourd'hui, nous vous proposons les entraîneurs.

Eric Andreu (à g.) et John Etheridge (à d.) se livrent aux mêmes questions avant l'affrontement de samedi

 

Eric Andreu, RC Genève – Plan-les-Ouates

 

-Le rapprochement entre l'enjeu du titre de l'an dernier et celui de la 1ere place de ce week-end est proche. L'approche de votre part est-elle aussi similaire ?     

Je ne suis pas d’accord. Les deux rencontres n’ont aucun rapport. Ce sont deux saisons différentes. Il n’y a pas de revanche à prendre. On a perdu la finale l’an dernier et on a tourné la page. On s’est en revanche servi de la douleur qu’a provoquée la défaite pour se tourner vers cette saison 2016/17 avec une haine de la défaite.

Ce week-end, c’est une confrontation directe entre deux équipes invaincues. Il est là le défi. Mon approche de la rencontre y va en conséquence.

 

-Quelle sera la clé pour remporter la rencontre ?

La clé résidera dans la conquête. L’an dernier, on a été très mauvais sur ce domaine. Ce week-end, ce secteur de jeu sera encore primordial. Nous avons travaillé et on verra samedi si cela porte ses fruits.

 

 

John Etheridge – RC Nyon

 

-Le rapprochement entre l'enjeu du titre de l'an dernier et celui de la 1ere place de ce week-end est proche. L'approche de votre part est-elle aussi similaire ?  

   

Pas du tout. On ne gagne pas une finale, on la perd. Et nous avons été dans cette position à tellement de reprises que nous pouvons faire la différence, croyez-moi. Se souvenir de ces mauvaises expériences vous rend plus fort et plus, si vous avez quelconque esprit de fierté ou de compétition.

Le match de ce week-end n’est ni plus ni moins qu’un match de LNA, dans la première partie d’une longue saison. Comme on dit : C’est à la fin du bal que l’on paie les musiciens.

En ce moment, on a une approche de reconstruction. Nous essayons de remonter un groupe qui aura peut-être la chance d’atteindre la finale.

À vrai dire, je préférerais perdre maintenant et gagner la finale. Mais si la victoire est possible, nous allons la prendre. Une victoire est une victoire. Si l’on perd, cela ne nous empêchera pas de dormir samedi soir.

 

-Quelle sera la clé pour remporter la rencontre ?

 

La solution dans le rugby suisse est simple. C’est à celui qui joue, celui qui peut jouer, celui qui n’a rien de mieux à faire ce week-end, nous avons tous un noyau pur et dur de joueurs qui sont sur le terrain semaine après semaine, qu’il pleuve ou qu’il neige. Ceux en qui tu peux compter à 100% et pour qui gagner un championnat n’est pas suffisant. Donc pour gagner ce match, la véritable clé est que les joueurs soient présents. J’espère qu’il n’y aura pas trop de joueurs pris par des voyages d’affaires, anniversaires de poissons rouges ou dont la grand-mère est morte pour la troisième fois cette saison, car ça, ce n’est pas la solution.

Please reload

schilliger-logo-75y.39d28c56813c.png